Prendre soin de ses équipes, c’est vital !

Rien de plus enthousiasmant que de collaborer en équipe car c’est ainsi que la performance augmente tout comme les résultats.

La dynamique d’équipe offre de nombreux avantages. Elle permet de développer un esprit créatif, de l’autonomie, de la flexibilité. Pour ce faire, favoriser une communication ouverte est primordial pour instaurer un climat de confiance, tout comme la pratique d’une vraie écoute afin que chacun puisse trouver sa place et développer ses propres compétences.

L’autogestion de l’équipe autorisera la prise de risque car un employé qui travaille seul n’essayera pas de prendre des risques. S’il venait à échouer, il devrait en assumer seul la responsabilité. Alors qu’en groupe, la solidarité et le soutien se feront dans la réussite comme dans l’échec.

La résolution du conflit sera plus rapide car la collaboration permettra de mieux se connaître ce qui invite à la tolérance et à l’acceptation de visions différentes. Toutefois, l’équité dans le partage des tâches est nécessaire pour rendre le travail avantageux pour tous et favoriser la reconnaissance mutuelle.

En conclusion, le travail en équipe permet d’être orienté vers la mission, de croître avec efficience, de générer de nouvelles idées qui permettent l’atteinte des objectifs, le renforcement de la motivation, de la cohésion et l’engagement de tous.

Faire ce qu’il nous plaît !

Si tout était possible, si nous avions une baguette magique, que changerions-nous ?  Parfois beaucoup de choses, parfois peu mais rêver d’une vie meilleure, différente, aux antipodes de notre routine, c’est excitant !

Donner du sens à sa vie, réfléchir sur l’important, ce qui nous porte et nous motive…  Oser changer, aller à la découverte de nos potentiels, afin de s’aligner avec nos envies, c’est une belle perspective, positive et qui augmente notre énergie.

Comment faire ? S’octroyer un temps de réflexion, des rendez-vous pour soi et noter tout ce qui nous vient à l’esprit sans limite et sans jugement. Se questionner sur ce que nous aimerions réaliser encore… sur ce que nous ne voulons plus et faire taire notre petite voix intérieure négative, prudente ou peureuse…

Qu’avons-nous à perdre ? Il n’est pas nécessaire d’opérer un cataclysme dans sa vie pour apporter un changement durable. Aller progressivement vers une nouvelle voie avec courage et confiance afin de déterminer si celle-ci est la bonne. Dans le cas contraire, s’enrichir de l’expérience vécue pour poursuivre son chemin.

Quitter sa zone de confort, sortir des sentiers battus, permet de renouer avec sa créativité, de partager et d’échanger sur ce que l’on souhaite et de se mettre en mouvement, ce qui ouvre des opportunités !

Comment entretenir la confiance en soi et la motivation lors de transition de carrière

La confiance en soi est un élément capital dans un processus de changement tout comme la motivation. La première donne des ailes, permet de s’exprimer sur nos envies, nos ambitions, nos opinions et ce que nous souhaiterions pour le futur de notre carrière, la deuxième nous apporte de l’énergie, de l’innovation et de la créativité.

Lors d’un changement de poste ou d’une réorientation professionnelle, au fil du temps, la confiance en soi à une fâcheuse tendance à diminuer comme peau de chagrin. Elle est fortement liée à l’estime de soi et peut engendrer une spirale négative lors d’une transition.

Les causes sont multiples et les plus répandues sont notamment la peur de la critique et du regard de l’autre qui nous fait douter et nous donne parfois le sentiment de ne pas être la bonne personne ou d’être jugé, incompris.

En entretien par exemple, il est difficile d’être authentique et d’exprimer ses besoins, ses ressentis et ses émotions parce que l’on a tendance à croire qu’ils ne sont pas importants et qu’ils n’ont pas leur place dans ce contexte, vu les enjeux. Hors, être à la hauteur ne veut pas dire masquer sa propre nature.

Enfin, le sentiment d’infériorité qui est souvent lié au « sois parfait » et « fais des efforts » qui a comme conséquence le perfectionnisme et la volonté de vouloir toujours bien faire, parfois trop.

Pour préserver sa confiance, quelques conseils :

  • Parler d’une expérience réussie pour valoriser son parcours professionnel, son savoir être et sa personnalité
  • Accepter ses erreurs et se pardonner pour avancer tout au long de sa vie
  • Pour se valoriser, rédiger une liste de ses qualités, entretenir la pensée positive
  • Reconnaitre et identifier ses défauts pour s’offrir en cadeau le poste de ses rêves
  • Choisir un joli cahier pour écrire et rassembler, qui récoltera toute votre satisfaction, cultivera votre confiance et votre estime de vous-même
  • Oser passer à l’action, ça augmente la motivation
  • Et même si cela est une évidence, prendre soin de soi est essentiel !

Découvrir ce qui vous fait du bien afin de faire émerger une synergie et une dynamique positive. Chaque être humain chemine selon sa propre échelle de valeurs, déterminée principalement par son parcours de vie, ses expériences et son vécu. La confiance et l’estime de soi se ménagent, se nourrissent et évoluent comme tout l’amour que l’on se porte. Communiquer sur vos valeurs et votre motivation avec sincérité. L’essentiel est de permettre aux futures entreprises de vous identifier comme une personne avec une saine confiance en vous, afin que chacun puisse avancer, collaborer et grandir dans la même direction. 

Et si l’après pandémie offrait un équilibre de vie ?

Après ces quelques mois de confinement, le constat est quasi unanime, notre qualité de vie est au cœur des discussions et pour de nombreux collaborateurs, responsables et dirigeants, celle-ci a augmenté et chacun souhaite la conserver !

Le télétravail est un moyen par lequel nous avons appris à modifier nos méthodes de travail, nos habitudes et notre organisation, ce qui a permis de mettre en évidence la responsabilité et l’engagement de tous.

Toutefois, grand nombre de collaborateurs ne pourront pas accéder à ce mode de travail et cela nécessite de bien réfléchir avant d’agir, car les attentes et les enjeux sont importants ! Comment faire pour maintenir l’équité au sein d’une entreprise ?

Il est nécessaire de repenser à la dynamique et à la cohésion d’équipe, de s’assurer la fluidité de  la communication pour  tous, de revoir le système de délégation, de favoriser voire d’instaurer une culture du feedback, de garantir un niveau de qualité et de rentabilité en lien avec la vision, les buts et les missions de l’entreprise.

Cet objectif est possible en réalisant un travail collaboratif, en accompagnant les équipes et la direction afin que la mise en œuvre soit une réussite ! En acceptant ce nouveau paradigme, les entreprises gagneront en motivation, plaisir et performance !

Merci… Ce mot si simple, pourquoi devient-il si rare dans les entreprises ?

Chaque être humain a besoin de reconnaissance, ce qui est une évidence dans notre vie quotidienne ; le parent félicite l’enfant, l’ami encourage, le conjoint complimente, alors pourquoi lorsqu’il s’agit de gérer son équipe, cela devient rarissime…

La croyance que plus on donne, plus il faut donner persiste dans la tête de beaucoup de dirigeants et c’est bien dommage ! Car se lever tous les matins en ayant le sentiment d’être inutile, que « de toute façon la direction ne tient pas compte de mes efforts et de mon investissement » sont des phrases que j’entends régulièrement lorsque j’accompagne des personnes en coaching ou en formation.

Le manque de temps est une mauvaise excuse tout comme la conviction qu’il y a que le salaire qui compte et qui intéresse les collaborateurs. L’importance de donner du sens à son travail est devenu un besoin, une exigence que personne ne peut plus ignorer.

Proposer un cadre de travail avec de l’autonomie et de la liberté tout en valorisant et en considérant son personnel accroît la confiance et de facto la motivation. Communiquer avec soin et adapter son message au collaborateur facilite les échanges et garantit une meilleure compréhension. Remercier, c’est offrir de la reconnaissance et c’est aussi prendre soin de ses collaborateurs.

Pourquoi hésiter encore, par peur de perdre du pouvoir ? Essayez… vous allez être surpris !

Sophie Dey

Écouter son intuition pour intégrer la bonne entreprise, cela s’avère payant !

L’intuition fait partie de nous, de notre fonctionnement et trop souvent, nous ne lui accordons pas suffisamment d’importance, mais pour quelles raisons ?

Parce que trop souvent dans la tête des gens, elle fait référence au sixième sens que nous attribuons majoritairement aux femmes alors que cette intuition fait partie intégrante de nous. C’est aussi notre fameuse première impression qui est souvent la bonne mais que l’on préfère ne pas écouter. C’est un sentiment, un ressenti que nous ne pouvons pas expliquer de manière rationnelle alors nous l’occultons par peur de faire le mauvais choix.

Autre raison et certainement la plus tenace, nous avons l’habitude de réfléchir, d’analyser et dans le cadre d’un futur engagement, nous souhaitons que la mission et les tâches soient en concordance avec nos compétences et nos aspirations. De plus, souvent la recommandation nous est faite de peser le pour et le contre, ce qui va renforcer le fait de cogiter et même si un doute nous traverse l’esprit, nous essayons de nous convaincre et nous nous persuadons avec tout un tas de bonnes raisons que le choix est le bon.

Durant cette réflexion, nous allons attacher de l’intérêt à la réputation de l’entreprise, au cadre de travail, aux avantages cités lors de l’entretien d’embauche sans toujours tenir compte de nos envies et de notre motivation.

A cela s’ajoute des facteurs comme la pression que l’on se met à retrouver un emploi, le besoin de sécurité ou encore le fait de vouloir se débarrasser de l’étiquette du chômeur. Tous ces éléments interfèrent dans notre prise de décision.

A l’importance d’écouter notre intuition, nous pouvons ajouter la corrélation de nos valeurs. Chaque être humain en possède plusieurs et identifier les trois principales qui nous permettent d’être en harmonie avec nous-même est essentiel pour notre équilibre et notre épanouissement au sein d’une nouvelle activité. Elles nous guident par rapport à nos émotions et notre satisfaction. Il n’est plus à démontrer qu’un collaborateur quitte son emploi non pas pour des questions de compétences mais pour des questions de valeurs.

Finalement le plaisir est un moteur qui ouvre la porte du succès, de la créativité, de la performance et de l’épanouissement ce qui comptera également dans votre décision. En conclusion, je dirais : Écoutez-vous, faites confiance à votre intuition qui saura vous faire prendre la bonne décision sans oublier vos valeurs, la pierre angulaire de votre équilibre !

Sophie Dey

Être un bon chef d’entreprise, c’est avoir du cœur…

Être soi-même en tant que chef d’entreprise, dirigeant ou manager demande une bonne dose de courage, d’humilité et d’intelligence émotionnelle et c’est probablement ce que l’on apprend le moins sur les bancs d’écoles.

Pas de potion magique ou de recette miracle mais peut-être quelques clés que je qualifierais de bon sens… Tout d’abord, c’est encore une question de communication.

Oser communiquer : donner des informations sur les succès et les difficultés de l’entreprise, c’est offrir la possibilité à son équipe, à ses collaborateurs d’ouvrir le dialogue, de développer un climat de confiance et leur permettre de contribuer positivement à la réussite de l’entreprise.

Prendre le temps de les écouter, sur ce qui va bien et moins bien dans le but d’évoluer, de grandir, de s’améliorer ensemble tout en favorisant un bon esprit d’équipe.

Renouer avec la gentillesse car elle est fréquemment mise de côté pour être remplacée par la performance, les objectifs et la rentabilité. Toutefois, sans ressources, une entreprise est vouée à disparaître… Dès lors, prendre soin de soi et des autres avec générosité et du cœur augmente le succès !

Par l’authenticité, l’équité et l’honnêteté, le chef d’entreprise augmentera naturellement sa position de leader mais également son capital sympathie auprès de tous.

Dès lors, soyez courageux, soyez authentiques et parlez avec votre cœur !

Sophie Dey

Et si formation rimait avec émotion !

Et si formation rimait avec émotion ! 

Dispenser, offrir une formation sur le thème de la gestion des émotions devrait naturellement faire partie d’un programme de formation au sein des entreprises. 

Depuis fort longtemps, la plupart des entreprises savent distiller la formation du savoir : technique, connaissances métier, théorique, académique, pratique. Elles maîtrisent donc la durée de cette formation, sa nature et le moment auquel il faut l’offrir.

Prescrire une formation pour muscler, soutenir, augmenter le comportement, l’attitude, l’estime de soi, la pensée positive, la motivation des collaborateurs est beaucoup plus délicate à intégrer, à proposer, dans un programme de formation continue.

Des années de management orienté objectifs, chiffres, statistiques et rentabilité ont contribué à la détérioration du fonctionnement naturel de l’être humain dans son activité professionnelle. A force de vouloir remplir des cases, des grilles et des tableaux dans le but de garantir son emploi, le collaborateur, manager ou dirigeant en oublie son propre bien-être et celui de son entourage : ses collègues, ses supérieurs et ses clients.

Le cerveau surchauffe et tente de rationaliser, compter, inventorier, justifier… ce qui tend à avoir comme effet de dissimuler les sentiments, le bon sens, l’intuition et l’épanouissement.

Être en colère, pleurer, rire, c’est être en vie surtout au travail ! Ressentir, percevoir, écouter, vibrer, permet de créer du lien et nourrir une relation et une communication optimale tout en respectant ses émotions.

Comment faire pour s’autoriser à être soi-même dans ce contexte ? La recette magique comporte en tout cas deux précieux ingrédients : une bonne dose de confiance et d’estime de soi ! Mais comment les acquérir, les développer ou plus simplement encore, les retrouver ?

Oser parler de ce que l’on ressent ouvre le dialogue; mettre des mots sur un événement permet de dédramatiser et de relativiser la situation; faire preuve d’empathie et être connecté à ses sentiments augmente la gestion de ses émotions.

Ces quelques pistes favorisent le développement de sa propre intelligence émotionnelle et ainsi, contribue au succès d’une activité professionnelle individuelle et collective.

Sodey Sàrl vous propose de vous accompagner à travers des ateliers de formation sur le développement personnel, la cohésion d’équipe, la gestion des conflits, l’estime et la confiance de soi ainsi que lors de situations et de changements liés aux ressources humaines de votre entreprise que ce soit à travers du conseil, du coaching d’équipe ou individuel.

Sophie Dey

La motivation, pourquoi est-ce si important ?

La motivation, pourquoi est-ce si important ?

Cette préoccupation est courante, et malgré tout, force est de constater que son degré n’est pas toujours élevé lorsque l’on évoque le sujet par rapport au poste de travail occupé ou à l’activité professionnelle.

Avoir l’honnêteté de dire que notre motivation est en chute libre, à ras les pâquerettes voire inexistante, c’est prendre le risque d’être jugé, ignoré et même parfois licencié car l’engagement pourrait être remis en question. Notre monde actuel souhaite des dirigeants, cadres et collaborateurs performants, travailleurs, compétitifs et motivés !

Que faire alors pour la maintenir cette motivation, l’alimenter, la faire évoluer ou encore la faire grandir ?

Accompagner ses équipes en effectuant un coaching collectif permet d’augmenter la cohésion, synonyme de motivation, d’enthousiasme et d’appartenance au sein d’un groupe, d’une entité ou d’un département.

Par le coaching individuel apprendre aux dirigeants, cadres et chefs d’équipe à donner de la reconnaissance et du sens aux missions et aux tâches à réaliser ; aux collaborateurs à développer leur confiance et leur estime.

Instaurer une supervision d’équipe ponctuelle, mensuelle, à la demande, afin d’anticiper les potentielles insatisfactions et ainsi développer un environnement de travail agréable qui aura comme conséquence un investissement réel et authentique de tous.

Enfin, faire confiance et accepter que notre source de motivation est personnelle et que celle-ci évolue au fil du temps…

Outre l’accompagnement et le développement liés aux ressources humaines de votre entreprise, Sodey Sàrl vous propose des solutions pratiques dans le but de renouer le dialogue au sein de vos équipes.

Sophie Dey

Être en colère, pleurer, rire, c’est être en vie surtout au travail !

Ressentir, percevoir, écouter, vibrer, permet de créer du lien et nourrir une relation et une communication optimale tout en respectant ses émotions.

Des années de management orienté objectifs, chiffres, statistiques et rentabilité ont contribué à la détérioration du fonctionnement naturel de l’être humain dans son activité professionnelle.

A force de vouloir remplir des cases, des grilles et des tableaux dans le but de garantir son emploi, le collaborateur, manager ou dirigeant en oublie son propre bien-être et celui de son entourage : ses collègues, ses supérieurs et ses clients.

Le cerveau surchauffe et tente de rationaliser, compter, inventorier, justifier… ce qui tend à avoir comme effet de dissimuler les sentiments, le bon sens, l’intuition et l’épanouissement.

Comment faire pour s’autoriser à être soi-même dans ce contexte ? La recette magique comporte en tout cas deux précieux ingrédients : une bonne dose de confiance et d’estime de soi ! Mais comment les acquérir, les développer ou plus simplement encore, les retrouver ?

Oser parler de ce que l’on ressent ouvre le dialogue; mettre des mots sur un événement permet de dédramatiser et de relativiser la situation; faire preuve d’empathie et être connecté à ses sentiments augmente la gestion de ses émotions.

Ces quelques pistes favorisent le développement de sa propre intelligence émotionnelle et ainsi, contribue au succès d’une activité professionnelle individuelle et collective.

Sodey Sàrl vous propose de vous accompagner lors de situations et de changements liés aux ressources humaines de votre entreprise que ce soit à travers du conseil, du coaching d’équipe ou individuel ou de la supervision.

Sophie Dey